Journée PEAPL du 31 août 2023

 

Journée d’étude PEAPL-Lab

Jeudi 31 août 2023

de 9h00 à 19h00

 

 

 

Outils didactiques numériques et apprentissage des langues.

Peapl-Lab : Plateforme européenne d’apprentissage personnalisé des langues

 

 

 

 

 

9h00 – 9h10 :

Accueil et ouverture de la journée

9h10 – 9h30 :

Présentation du projet PEAPL

Antonella Corvaglia (Ecole européenne de la Défense) et Thierry Geoffre (HEP Fribourg) :  présentation et enjeux du projet PEAPL.

 

 

I.  Conférence invitée:

9h30 -10h00 :

Pierre Escudé, Université de Bordeaux, INSPE : Emploi et enjeux de l’intercompréhension en didactique des langues : de la langue-pont au système global.

 

 

10h00 – 10h20 : Pause café

 

 

II.  Le projet PEAPL et ses résultats:

Aspects informatiques

10h20 – 10h40

Marie Lefèvre, Université de Lyon 1 : Plateforme ASKER, un outil auteur pour générer et faire passer des exercices d’auto-évaluation.

10h40 – 11h00

Thierry Geoffre, HEP Fribourg : Plateforme Gameshub, premiers résultats d’utilisation en classe et perspectives.

11h00 – 11h15

Questions et discussion

Applications linguistiques

11h15 – 11h35

Antonella Corvaglia, Ecole européenne de la Défense : L’usage de la plateforme PEAPL et les compétences du XXI° siècle. Concevoir des environnements d’apprentissage favorables aux langues.

11h35 – 11h55

Aliou Mohamadou, INALCO : La phrase nominale du peul.

11h55 – 12h15

Patrice Pognan, INALCO : Morphologie du tchèque et des langues slaves de l’Ouest.

12h15 – 12h30

Questions et discussion

 

12h30 – 14h00 : Pause déjeuner

 

 

III. Expérience et apports des nouveaux partenaires pour les coopérations à venir 

14h00 – 14h20

Katarína Chovancová, Université de Banská Bystrica (Slovaquie) : La typologie des  contextualisations grammaticales pour une personnalisation de l’apprentissage des langues.

14h20 – 14h40

Mojca Schlamberger-Brezar et Adriana Mezeg, Université de Ljubljana (Slovénie) : La  numérisation en classe de grammaire et en classe de traduction – deux conceptions opposées.

14h40 – 15h00

Witold Ucherek, Université de Wrocław (Pologne) : La traduction en polonais des constructions infinitives introduites par le verbe entendre, préalable à une didactique de la syntaxe polonaise.

15h00 – 15h20

Dominique Berlet-Noël, (équipe PLIDAM-INALCO) : Apprendre l’anglais par sa phonétique.  Un projet à mettre en ligne.

15h20 – 15h40

Questions et discussion

 

 

15h40 – 16h00 : Pause café

 

 

IV.  Aprentissage de langues et outils numériques:

16h00 – 16h20

Sabina Gola, Université de Bruxelles : La plateforme MultiGram : un outil numérique pour  l’apprentissage des langues.

16h20 – 16h40

Diana Lemay, INALCO : Apprendre du vocabulaire avec VORTOJ – jeu interactif et adaptatif.

16h40 – 17h00

Frine Beba Favaloro, Université de Mazcerata: Personalize and trace Chinese learning with My Chinese  Portfolio.

17h00 – 17h 15

Questions et discussion

 

 

V.  Appropriation d’une langue 2

17h15 – 17h35

Triscia Biagiotti, Chantal Delon-Martin et Monica Masperi, Université de Grenoble: Dans la tête de l’auditeur : vers une approche individualisée de la compréhension de l’oral en L2. Présentation d’une étude pilote interdisciplinaire en italien L2.

17h35 – 17h55

Kostanca Çuko et Delphine Etienne-Tomasini, HEP Fribourg: Trajectoires et mobilités des étudiant-e-s de la Haute Ecole pédagogique de Fribourg (Suisse): enjeux et apports de l’outil numérique « OURA » pour mieux penser (et réaliser) les expériences pédagogico-mobilitaires

17h55 – 18h15

Valentina Pagnanini, Université de Macerata: From app to tourist experience: m-learning in the teaching   of Italian L2.

18h15 – 18h30

Questions et discussion

 

 

18h30 – 18h50

Brahim Azaoui, Université de Montpellier : Analyse et clôture de la journée

18h50 – 18h55

Thomas Szende, directeur du PLIDAM : Le mot de la fin

 

Fowru e mbeewa – segmentation forte

 

        • Wonnoo ɗoo ko fowru e mbeewa .
        • Subaka law , mbeewa ina iwra funnaange , fowru ina iwra hiirnaange .
        • Ɓe kawri e nder guumi cukkuki .
        • Mbeewa tinaani , fowru tinaani , haa gite maɓɓe kawri .
        • Mbeewa wii :
        • « Hii , subaka am bonii hannde » !
        • Fowru ndaari mbeewa .
        • Mbeewa ndaari fowru .
        • Fowru wii :
        • « Aaha , hannde kay subaka maa bonii » !
        • Fowru wii :
        • « So a haalii goongaaji nay , tan mi accete , mi waasa warde ma » .
        • Mbeewa wii :
        • « Nyaamam tan , ɗum woni e maa » .
        • Fowru wii :
        • « So a haalanii kam goongaaji nay , mi nyaamataa ma » .
        • Mbeewa wii :
        • « Sinno Alla anndinii kam aɗa rewa e ngol laawol , mi rewataa heen » .
        • Fowru wii :
        • « Aaha go’o , a haalii goonga » .
        • Ba wii :
        • « Ɗiɗaɓel ngel , so mi yehii wuro mi wiyii yimɓe ɓee , mi hawrii e fowru accii kam , ɓe mbiyoyan ko fenaande , ngati a alaa nguun ndimaagu » .
        • Fowru wii :
        • « Ɗiɗi , a haalii goonga » .
        • Mbeewa wii :
        • « Tataɓel ngel , sinno joomam anndiino so mi oorii hannde miɗa hawra e maa , ko e ɓoggol nyallanmi » .
        • Fowru wii :
        • « Tati , a haalii goonga » .
        • Mbeewa wii :
        • « Nayaɓel ngel , so a yiyii haala men kaa juutii tan ko aɗa haari » .
        • Fowru wii :
        • « Nay , a haalii goonga .
        • Jooni-jooni , conngumi ngaari , nyaammi haa ngoppumi teewu .
        • Yah , mi accii ma » .

Noorwa e cukalel – segmentation forte

 

        • Wonnoo ɗoo ko noorwa e cukalel .
        • Ba mawni .
        • Ba ƴeeŋi maayo , ba ari e weendu sukkundu leɗɗe haba nyaama cide e booti .
        • Yehi haa ceeɗu naati , weendu fuɗɗii horde , colli mbaɗti sikaade laaci mabba .
        • Boyiiji mbaɗti ƴakkude laaci mabba .
        • Noorwa yii cukalel , ba wii :
        • « Cukalel , ar nawam maayo , mi hokku-maa ko giƴa teettataa ma » .
        • Cukalel wii :
        • « Holno nawirtu-maa-mi , aɗa foti no laana nii » ?
        • Noorwa wii :
        • « A ɓolan baaji , laaci am kii e hoore am ndee , kaɓɓondiraa ɗum dow , mi ɗehoo , coraa , ndoondoɗaa mi , nawaa mi maayo » .
        • Cukalel ɓoli baaji , haɓɓi hoore ndee e laaci kii e koyɗe ɗee , noorwa tumpilii , ba ɗehii , cukalel sori les mabba , roondii ba , faari ba maayo .
        • Cukalel yettii maayo .
        • Ngel wii :
        • « Miin dey mi waawaa ndiyam , munyo mi rooto-maa ɗoo » .
        • Noorwa wii :
        • « So a rootimaama mi ɗoo , mi waawaa yettaade ndiyam » .
        • Cukalel juuwi haa ndiyam ari ɗum e koppi .
        • Ngel wii :
        • « Mi rooto-maa ɗoo » .
        • Noorwa wii :
        • « So a rootimaama mi ɗoo , mi sinkan .
        • Nawam yeeso » .
        • Cukalel nawi ba haa ndiyam heɓi ɗum e becce .
        • Noorwa wii :
        • « Rooto mi ɗoo » .
        • Cukalel rootii ba .
        • Noorwa wii :
        • « Haɓɓitam » .
        • Cukalel haɓɓiti noorwa , ƴeɓti baaji ɗii werlii dow .
        • Noorwa yinii , yehi too e fonngo maayo , yehi gaa e fonngo maayo .
        • Ba arti e cukalel , ba wii :
        • « Jooni njiɗmi ko nyaamde ma » .
        • Cukalel wii :
        • « Ndaw ko haawnii !
        • Ndeen dey tawan moƴƴere yoɓetee ko bonde » !
        • Noorwa wii :
        • « Moƴƴere kay yoɓetee tan ko bonde » !
        • Ba wii :
        • « Ɗuum ne , so miɗa nyaam-maa , ma mi seedna kulle tati ceedtoo nyamaande moƴƴere ko bonde yoɓetee .
        • Ndee , mi nyaam-maa » !
        • Cukalel wii :
        • « Seednu Alla tan » .
        • Noorwa wii :
        • « Alaa .
        • Nyande fof , Alla ina yiya geɗe keewɗe , kono o haɗataa » .
        • Cukalel wii :
        • Eeyii , no njiɗɗaa fof waɗ » !
        • Haa mbabba ari .
        • Noorwa wii :
        • « Mbabba , holko nyamaande moƴƴere yoɓetee » ?
        • Mbabba wii :
        • « Nyamaande moƴƴere kay ko bonde tan yoɓetee !
        • Jooni-jooni ngummiimi dimngal , kono hay so mi duuftii heen sammeere , tan ko sawru piyeteemi » !
        • Noorwa wii :
        • « A nanii ko oo seede wii ?
        • Go’o » .
        • Rawaandu ari .
        • Noorwa wii :
        • « Rawaandu , holko nyamaande moƴƴere yoɓetee » ?
        • Rawaandu wii :
        • « Nyamaande moƴƴere kay ko bonde yoɓetee !
        • Jooni-jooni ngummiimi raddo , mbarmi lella , kono ko ƴiyal ndokketeemi .
        • Ɗuum ne , so mi yaawii hunuko , tan ko ɓannde piyeteemi » .
        • Noorwa wii :
        • « A nanii seedeeji ɗiɗi kaalii , nyamaande moƴƴere ko bonde yoɓetee ?
        • Ina heddii seede gooto , so haalii mi nyaam-maa » .
        • Bojel ari .
        • Noorwa wii :
        • « Bojel , holko nyamaande moƴƴere yoɓetee » ?
        • Bojel wii :
        • « Ina yoɓee moƴƴere , ina yoɓee bonde …
        • Ko ɗuum woni » ?
        • Noorwa wii :
        • « Cukalel , haal » .
        • Cukalel wii :
        • « Miin , mi tawnoo noorwa e nder weendu , colli e booyiiji fof ina cikoo laaci mum .
        • Noorwa wii yo mi wallu ɗum , mi roondoo ɗum , mi nawa ɗum maayo , hokka mi ko giƴam teettataa kam .
        • Jooni mi addii ba e maayo , ba wii haba nyaama mi » .
        • Bojel wii :
        • « Noorwa , ko noon » ?
        • Noorwa wii :
        • « Ko noon » .
        • Bojel wii :
        • « Ko ngel cukalel fenata !
        • Ngal nooral , aɗa waawi roondaade ɗum » ?
        • Noorwa wii :
        • « Omo waawi kay , wanaa ko kanko addi mi ɗoo » ?
        • Bojel wii :
        • « Ɗum , mi seedtotaako ɗum , ngati ɗum ko fenaande :
        • ngel cukalel waawaa roondaade ma .
        • Taw goonga , mbaɗtee no woorunoo » .
        • Noorwa ƴeeŋi .
        • Cukalel ɓoli baaji , haɓɓi hunuko koo e laaci kii .
        • Bojel walli ngel haɓɓude .
        • Noorwa tumpilii , laaci kii e hoore ndee e takke ɗee , ɓe kaɓɓi haa tiiɗi .
        • Noorwa ɗehii .
        • Cukalel sori les noorwa .
        • Bojel wii :
        • « Ko nii woorunoo » ?
        • Noorwa wii :
        • « Aaha » .
        • Cukalel wii :
        • « Aaha » .
        • Bojel wii :
        • « Cukalel , mate baaba maa nyaamataa noorwa » ?
        • Cukalel wii :
        • « Ina nyaama kay » !
        • Bojel wii :
        • « Nawan baaba maa » .
        • Cukalel faari galle mum’en .
        • Noorwa wii :
        • « A’ahaa !
        • A’ahaa !
        • » …
        • Gilaa ndeen , so noorwa roondaama , wiyata ko :
        • « A’ahaa !
        • A’ahaa !
        • » …

Construire un référentiel dans Framework editor

 

Vous trouverez ou retrouverez Framework editor (composante du projet Comper) et les référentiels du projet PEAPL à l’adresse :  

 https://traffic.irit.fr/comper/repository/

 

I.  Ouverture d’un nouveau référentiel

Après avoir fait son login, l’utilisateur arrive sur la page d’ouverture de Framework editor. Il peut alors voir sa liste de référentiels (« My list » dans le bandeau) et créer un nouveau référentiel en cliquant sur le champ bleu « Create a new framework », ce qui est le cas dans l’extrait d’écran ci-dessous : nous avons déjà un référentiel pour le tchèque et allons en ajouter un second pour le peul.

 

 

En cliquant sur « Create a new framework », nous ouvrons une fenêtre flottante pour la création du nouveau référentiel :

 

 

Le fichier rempli

 

 

permet d’obtenir la création d’un nouveau référentiel qu’il faudra documenter :

 

 

Dans un premier temps, nous allons indiquer les co-auteurs. En cliquant sur « Authors », on ouvre une fenêtre flottante qui permet de noter le nom de tous les auteurs.

 

 

Enfin, si nous souhaitons partager notre référentiel, il est nécessaire de le rendre « public » en cliquant le bouton correspondant.

 

 

 

II.  Création du réseau référentiel

Pour commencer la construction du réseau, il faut cliquer sur le bouton « Action », puis sur « Edit » :

 

 

L’interface s’ouvre avec le nœud initial (nœud sommet) portant le nom du référentiel en milieu de page. Pour savoir déplacer la structure, voir https://peapl.eu/ouvrir-et-consulter-framework-editor/  au paragraphe « Consultation d’un référentiel existant ».

 

 

Créer un noeud

Pour pouvoir créer un nœud « fils », un clic droit sur le nom du nœud permet d’ouvrir une petite fenêtre de choix. Nous choisirons « Create a new object ».

 

 

Une fenêtre flottante permet de définir le nouvel objet :

 

 

Il s’agit d’une compétence, ce qui sera marqué par la couleur verte du nœud qui va être créé. Le lien entre les nœuds est toujours étiqueté, ici « comprises » (comprend, est constitué de) :

 

 

On obtient les nœuds frères en répétant cette opération, c’est-à-dire en créant autant de nœuds fils qu’il est nécessaire. Dans notre cas, nous avons « lire et comprendre un texte », « lire et comprendre une phrase », « lire et comprendre un mot ». Nous développerons dans ce référentiel uniquement le niveau de la phrase.

 

 

Plier et déplier une branche du référentiel

 

En faisant un clic gauche sur un nœud, on replie ou déplie toute la sous-arborescence dominée par ce nœud :

 

 

Changer le type d’un noeud

En faisant un clic droit sur un nœud ou son nom, on ouvre une fenêtre qui permet de modifier le type du nœud (« Modify »). 

 

 

En activant « Modify », on ouvre une autre fenêtre qui va permettre de changer le type du nœud. Le nœud concerné est vert et donc de type compétence (« Competency »). Ce type peut être transformé en « Skills » (savoir-faire) ou « Knowledge » (connaissances, autrement dit « données d’apprentissage »). A noter que « Skills » ne peut jamais donner « Knowledge », ce qui veut dire que « Skills » et « Knowledge » sont des frères avec un parent « Compétence ».

 

 

Le nœud vert (« Competency ») est devenu bleu pâle (« Skills »).

De manière identique, il est possible de transformer un nœud vert « compétence » en un nœud bleu foncé « connaissances ».

 

 

Etablir un lien entre un savoir-faire et une connaissance

Après avoir fait un clic droit sur le nœud, cliquer dans le panneau gris de droite sur  « requires ». Cela ouvre une fenêtre en-dessous de laquelle se trouve l’ordre « add ». En activant cet ordre, s’ouvre une fenêtre avec deux champs : le premier contient le nœud choisi. Nous indiquons le nœud à lier dans le second :

 

 

Une fois sauvegardée, la relation existe bien et le nœud requis est indiquée dans le champ « requires » :

 

 

Supprimer une relation ou une branche

En faisant un clic droit sur la relation, il est possible de supprimer toute la branche ou seulement la relation.

 

Dans ce dernier cas, le nœud détaché devient un objet non utilisé (« unused object »). Il sera possible de le rattacher à un nœud du référentiel en cliquant sur ce nœud et en liant l’objet isolé :

 

 

Visualisation globale

Elle permet de voir l’ensemble des objets et des liens. En cliquant sur un objet, ses relations sont mises en surbrillance, ce qui permet de vérifier l’exhaustivité  du référentiel.

 

 

 

Ouvrir et consulter Framework editor

 

Vous trouverez Framework editor (composante du projet Comper) et les référentiels du projet PEAPL à l’adresse : https://traffic.irit.fr/comper/repository/

 

 

 

 

Consultation d’un référentiel existant

Pour ouvrir un référentiel existant, cliquez sur le champ « view » situé à droite de l’intitulé du référentiel.

Le logiciel s’ouvre sur une vue centrée sur la racine du référentiel comme ci-après :

Pour se déplacer dans l’arborescence, il faut en fait déplacer le fond en cliquant et tirant comme on peut le faire avec une carte géographique en ligne (clic gauche et déplacer avec le curseur).

 

Il est possible d’obtenir l’intitulé complet d’un nœud en survolant le nom du nœud avec le curseur. On peut cacher ou ouvrir une branche de l’arborescence en faisant un clic gauche sur le nœud lui-même :

 

WordPress et site PEAPL - hébergé par Huma-Num © 2021